l’Agenda de Mère 1965, tome 6 (ebook)

l’Agenda de Mère 6

Tout un monde commence à s’ouvrir. C’est l’année où Mère arrive au mental des cellules, pur, sous le vieux revêtement génétique qui semble vouloir faire de nous à jamais des hommes doués de mort : Là, il y a une puissance accumulée… comme si l’on avait attrapé la queue de la solution. Un autre pouvoir de conscience dans la matière qui défera le vieux programme : Une espèce de mémoire qui se construit d’en bas – une nouvelle mémoire cellulaire qui n’est plus celle du vieillissement, de la maladie, la mort, la gravitation et de tout notre monde « réel » ? Et simultanément, à ce niveau cellulaire délivré des vieilles lois, Mère découvre Deux mondes l’un dans l’autre : un monde de Vérité et un monde de Mensonge, et ce monde de Vérité est physique, ce n’est pas dans les hauteurs : c’est MATÉRIEL. Et c’est cela qui doit venir devant et prendre la place de l’autre : le vrai physique. C’est ce que Mère appelait le transfert de pouvoir. Se pourrait-il vraiment qu’une merveille de liberté physique se cache dans nos cellules alors que nous sommes là-dehors à chercher des panacées illusoires : Si même un tout petit agrégat de cellules pouvait réussir à avoir l’expérience totale jusqu’au bout de la transformation, ce serait plus efficace que les grands bouleversements. Mais c’est plus difficile… Il faut vaincre la mort ! qu’il n’y ait plus de mort, c’est très clair.Est-ce que la terre entière n’est pas en train de vivre ce « transfert de pouvoir », comme un jour elle est passée du règne animal au règne mental ? Tout échappe, plus de point d’appui, c’est le passage au nouveau mouvement… Et toujours, pour le vieux, c’est la rupture d’équilibre dangereuse.

Continue reading l’Agenda de Mère 1965, tome 6 (ebook)

Advertisements

l’Agenda de Mère 1964, tome 5 (ebook)

l’Agenda de Mère 5

Le seul espoir pour l’avenir, c’est un changement dans la conscience de l’homme. Ce sont les hommes qui décideront s’ils y collaboreront ou si ce changement leur sera imposé par la puissance de circonstances écrasantes. À mesure que la Force nouvelle s’infiltre dans le corps de Mère, c’est le problème de la Terre qui se pose. Cette vibration de l’intensité d’un feu supérieur, comment la terre va t-elle l’absorber ? Je vois très peu de corps autour de moi qui soient capables de supporter ça… Alors qu’est-ce qui va se passer ? C’est l’année de la première bombe atomique chinoise, Mère a 86 ans. Une infiltration minuscule, infinitésimale, pointillante – c’est le miracle de la Terre ! Un miracle… catastrophique ? Le papillon n’est-il pas une sorte de catastrophe pour la chenille ? La mort n’est pas une solution, par conséquent on est à la recherche d’une autre solution – et il doit y en avoir une autre. Imperturbablement, Mère descend les degrés de la conscience cellulaire, et plus profond encore : Une espèce de certitude au fond de la Matière que la solution est … c’est à ce niveau atomique qu’il faut que ça change, il s’agit de cet état de vibration infinitésimale dans la Matière, là où le temps bascule dans autre chose : Peut-être est-ce dans le passé que je me promène, peut-être dans l’avenir, peut-être dans le présent ?… Et même la matière change de loi : Dès qu’on descend dans le domaine des cellules, cette espèce de lourdeur de la Matière disparaît. Ça recommence à être fluide, vibrant. Ce qui tendrait à prouver que la lourdeur, l’épaisseur, l’inertie, c’est quelque chose qui a été ajouté – c’est la fausse Matière, celle que nous pensons ou sentons, mais pas la matière telle qu’elle est. Alors une vraie Matière qui serait la Matière de la prochaine espèce ? Je suis à la frontière d’une nouvelle perception de la vie, comme si certaines parties de la conscience muaient de l’état-chenille à l’état papillon… Et la Terre gronde et proteste… contre quoi ? Toute la jeunesse semble être prise d’un vertige curieux… Passerons-nous, ou non, à une prochaine espèce ?

Continue reading l’Agenda de Mère 1964, tome 5 (ebook)

l’Agenda de Mère 1963, tome 4 (ebook)

l’Agenda de Mère 4

L’année de l’assassinat de Kennedy, les débuts de la scission sino-soviétique. Tandis que les géants destructeurs courent de plus en plus vite et que la Science remet en cause les lois de l’univers, Mère fraye lentement le passage de la prochaine espèce sur la terre : Le chemin que je cherche est toujours descendant, dans la conscience des cellules. Sera-ce la mort globale, ou le commencement d’un nouveau monde, comme les oiseaux après les reptiles ? Je suis au seuil d’une réalisation formidable qui dépend d’une chose toute petite. Elle a 85 ans cette année-là. Une prochaine espèce plus « intelligente » dans le cadre de notre physique, ou d’une autre intelligence qui change les lois de la physique, comme la grenouille change les lois du têtard dans son bocal ? Dans cette descente vers la cellule, Mère bascule soudain dans un autre univers physique : Tout devient comme si c’était vu pour la première fois, même le mouvement de la terre, des astres… Il n’y a pas de distance, de différence, pas quelque chose qui voit et qui est vu… On devient une montagne, une forêt, une maison… On voit en même temps à des milliers de kilomètres et tout près – une sorte d’ubiquité des cellules.Et puis, oui, cet ébahissement : Le corps est partout ! Une prochaine espèce globale ? Et où sont les lois de la vieille physique quand le bocal est cassé, quand il n’y a plus de distances ni de là-bas ? Tous les rythmes habituels sont changés… un mouvement universel d’une rapidité si formidable que c’est comme une immobilité… Un vrai physique qui est derrière. Et où est la mort de ce qui échappe à l’usure du temps dans un bocal ? Si ça devient une chose naturelle, la mort ne peut plus exister !… Ce serait une nouvelle phase de la vie terrestre. Et il n’y a pas loin à aller : On a le champ d’expérience à chaque seconde… on cherche à entrer en rapport avec quelque chose qui est LA. Une nouvelle conscience cellulaire qui sera une nouvelle physique et peut-être la prochaine biologie sur la terre ?

Continue reading l’Agenda de Mère 1963, tome 4 (ebook)

l’Agenda de Mère 1962, tome 3 (ebook)

l’Agenda de Mère 3

La courbe de l’année 1962… L’année de l’affrontement Kennedy-Khrouchtchev à Cuba et du premier conflit sino-indien : Est-ce que, vraiment, c’est le premier signe de quelque chose de très… considérable ? Il semble que cela ait, au fond, dérangé quelque chose profondément. C’est toute la terre qui est dérangée, c’est l’année où Mère, dans son corps, émerge dans une troisième position qui n’est plus la vie ni la mort que nous connaissons, un envers de la trame où les lois physiques ne jouent plus et qui ressemble étrangement au monde sub-quantique des « trous noirs » : le temps change, l’espace change, la mort change. Et si c’était le lieu de la Matière, dans le corps, où les lois du monde se renversent – qui n’étaient que les lois de notre tête – et où l’évolution débouche sur une liberté corporelle impensable, une troisième position qui sera la position de la prochaine espèce sur terre ? Le corps commence à obéir à une autre loi. Le sens du temps disparaît dans une immobilité mouvante… Une masse de force infinie, comme une super-électricité pure… Un mouvement de vagues corporelles, ondulatoire, vaste comme la terre… Tous les organes changés, ça appartient à un autre rythme. Une puissance si formidable, si libre ! autre chose… autre chose ! Je ne sais pas si je vis ou si je suis morte… Les nuits changent de caractère, les jours changent de caractère… La vibration physique devient comme poreuse… Plus d’axe, parti, envolé ! ça peut aller en avant, ça peut aller en arrière, ça peut aller n’importe où… L’ubiquité, quelque chose comme cela. Et puis ce cri : La mort est une illusion, la maladie est une illusion ! La vie et la mort c’est la même chose ! c’est seulement la conscience qui se déplace. Mais c’est fantastique ! Et puis la découverte, simple, vécue : Plus on va vers la cellule, plus la cellule dit : mais moi, je suis immortelle ! Une troisième position cellulaire où on devient incapable de mourir parce que la mort n’a plus de réalité. Est-ce que Mère, cette année-là, à 84 ans, a découvert une autre réalité de la Matière ? Il y a là, derrière, comme un conte de fées… Quelque chose qui se prépare et qui sera beau-beau, au-delà de toute expression : une jolie histoire que Sri Aurobindo essayait de tirer sur la terre et elle est sûre de venir !

Continue reading l’Agenda de Mère 1962, tome 3 (ebook)

l’Agenda de Mère 1961, tome 2 (ebook)

l’Agenda de Mère 2

La courbe de l’année 1961, année du premier voyage spatial américain, vient tout de suite frapper au cœur du « grand mystère » : C’est double ! C’est le même monde et c’est… quoi ? Dans l’un, tout est harmonieux, sans possibilité de maladie, ni de mort, ni d’accident, une harmonie miraculeuse, et dans l’autre tout fonctionne de travers. Et pourtant c’est le même monde de Matière – séparé par quoi ? De plus en plus j’ai l’impression que c’est une question de vibration dans la Matière. Quel est ce temps vertical qui ouvre soudain une autre manière de vivre et d’être dans la Matière, où les choses ne sont plus implacablement la cause ni la conséquence d’une autre : une sorte d’absoluité dans chaque seconde ? Un monde neuf, sans trace, sans âge, sans empreinte à chaque seconde. Et cetteimmobilité massive dans un mouvement foudroyant, ce pointillement de vibrationscomme si Mère vivait son corps non plus au niveau macroscopique mais au niveau de la physique quantique. Et toute la vie « spirituelle » de soixante ans s’écroule comme une bien plus grave illusion devant… un nouveau divin ? ou un autre mode de vie dans la Matière, le prochain mode. Je suis absolument en train de frayer un chemin dans la forêt vierge.

Continue reading l’Agenda de Mère 1961, tome 2 (ebook)

l’Agenda de Mère 1951-1960, tome 1 (ebook)

l’Agenda de Mère 1

Le premier volume de l’Agenda de Mère est en majeure partie constitué de ce que l’on pourrait appeler la préparation psychologique de Satprem qui après avoir frappé à toutes les portes du vieux monde arrive à Pondichéry en 1954. Il restera 19 ans auprès de Mère.

Satprem, celui qui aime vraiment comme Mère l’a appelé, est un disciple rebelle. Ce français cartésien a passé un an et demi en camp de concentration comme membre de la Résistance. Rescapé mais dévasté, il s’est jeté à corps perdu dans maintes aventures du bout du monde, sans trouver de réponse, de vrai sens. Amoureux de sa liberté il est toujours prêt à s’en aller, pour revenir encore et encore, ramené auprès de Mère par un amour encore plus grand et parce que là se déroule la vraie Aventure. Être auprès de Mère c’était comme on découvre la forêt, ou plutôt comme on se bat avec elle, la machette à la main, et puis ça fond, on aime, tant c’est beau…

Peu à peu, elle le conquiert, et peu à peu, il comprend le drame poignant de cet être solitaire et indomptable, luttant pour desceller l’avenir évolutif de l’homme, pour ouvrir la porte à une nouvelle espèce après l’homme. Et comment ouvre-t-on la porte à une nouvelle espèce ? Continue reading l’Agenda de Mère 1951-1960, tome 1 (ebook)

Mother’s Diary: 23 March 1968

The Mother

Q.: So the consequences of Karma are not rigorous?

Mother: No, not at all. In all religions there are people who have said that, who have given such absolute rules, but I believe it was in order to substitute themselves for Nature and pull the strings. There is always this kind of instinct that wants to take the place of Nature and pull the strings of people. So they are told: “There is an absolute consequence of all that you do….” It is a concept necessary at a given moment of evolution to prevent people from being in a completely unconscious egoism, in a total unconsciousness of the consequences of what they do. There is no lack of people who are still like that, I believe it is the majority; they follow their impulses and do not even ask themselves whether what they have done is going to have any consequences for them and for others. So it is good that someone tells you straight, with a severe look: “Take care, that has consequences which will last for a very long time!”

Continue reading Mother’s Diary: 23 March 1968